PORTRAIT DE JULIA LEROUX


QUE REPRÉSENTE POUR TOI ÊTRE UNE BELLA DONNA ?

Pour moi être une sorcière signifie :

- Être intimement connectée au monde invisible, à son propre monde invisible.

- À être en lien avec les dynamiques unissant les humains à la Nature.

- À la démarche de ‘’prendre soin’’.

Le monde invisible prend une grande place dans ma description de la Sorcière. Selon moi, cette dernière a une perception singulière de l’existence car elle est en mesure de voir sans utiliser ses yeux. Et cela ne fait pas seulement référence au monde des esprits. Elle tend à laisser une grande place aux manifestations de son intuition, de ses émotions et de la magie du non-tangible. Elle met de l’avant la guidance qui naît de ce que nous ne pouvons pas voir ni mesurer, de ce qui se passe à l’intérieur de nous. Ma sorcière perçoit le monde comme trop vaste et complexe pour donner priorité au domaine rationnel. Ma sorcière n’utilise pas les normes sociales afin de guider ses actions, elle utilise plutôt sa propre boussole intérieure.

À noter que selon moi, le monde de l’invisible n’est pas seulement relié au monde des esprits, des chakras, ou des archanges. Le pouvoir de l’invisible est aussi présent à travers nos émotions refoulées, nos envies, nos désirs, nos pulsions. Je pense que la Vie prends forme à travers ces manifestations intérieures qui nous apportent déjà beaucoup d’informations sur notre passé, présent et futur qui font partie de cette magie de l’invisible nommée précédemment. Ma sorcière ne se base pas sur ce qui est considéré normal…elle n’a rien à faire de ce qui est jugé comme acceptable ou non concernant cela (et concernant quoi que ce soit d’ailleurs), Elle ressent ce qu’elle ressent avec fierté. Cela fait partit de ses forces et de ses pouvoirs. Cela inclut donc une acceptation de son propre darkside. Ma sorcière ne tend pas à briller, elle est ce qu’elle est. Le côté de l’acceptation du laid, de ce qui fait mal est un élément important de sa définition qui fait selon moi par le fait même sa puissance. C’est peut-être pour cela que la sorcière fait peur ou déstabilise. Elle est solidement assise en elle-même et n’a pas peur de tes jugements, elle connaît déjà sa noirceur.

Cette connexion particulière vaut aussi pour le domaine du surnaturel. Ma représentation de la sorcière est aussi associée aux réalités parallèles telles que celui des fées, des esprits et des visions de clairvoyance par exemple. Vu qu’elle est ouverte à son monde intérieur, la sorcière connecte plus facilement avec les mondes mystiques. Elle peut se référer à ces univers pour obtenir du support, des connaissances, une compréhension autre d’une certaine situation, etc.

Idem pour ce qui est des énergies de la Nature. Selon moi, les qualités de la Sorcière font aussi référence à une aisance concernant le fait de danser avec les pouvoirs de la Nature, pouvoirs qui ne se mesurent pas selon nos dictats scientifiques. Cette dernière a des connaissances concernant les mouvements qui prennent place au sein des cycles de la Nature et au sein des dynamiques humaines.

Finalement, cette dernière utilise ces qualités en les partageant à travers un processus de création quelconque. En supportant animaux, plantes ou humains par exemple. Sans être servante de quiconque, elle peut offrir des opportunités de changements pour les êtres qui lui sont chers. La sorcière vient donc créer des ponts entre le non-visible et le tangible, en utilisant la magie de son intuition pour modifier la matière pour elle et son entourage.

Je ne prétends pas détenir aucune vérité concernant la définition de ce qu’est une sorcière. Ceci est mon opinion, qui d’ailleurs change continuellement avec le temps.

CONSIDÈRES-TU FAIRE PARTIE D’UNE COMMUNAUTÉ OU D’UN ACTUEL MOUVEMENT DE MODERNISATION DE L’ARCHÉTYPE DE LA SORCIÈRE ?

J’écris des articles pour un collectif qui se nomme OUITCH et qui s’affiche comme un mouvement moderne mettant de l’avant la valorisation de l’archétype de la sorcière, donc oui ! Je cultive et transforme aussi les plantes médicinales, une pratique associée à l’histoire de la sorcière. Je t’avoue que j’hésite à affirmer que je suis vraiment une sorcière à temps plein. Comme si le titre me paraissait vraiment noble et que je ne me sentais pas en mesure de le porter assez fièrement pour l’instant. Pour moi ce n’est pas parce ce que tu fais du pain que tu es boulanger. Le terme mérite un respect certain, il faut savoir le porter.

TA SORCELLERIE S’EXPRIME DE QUELLE MANIÈRE ?

Disons que j’ai toujours eu un intérêt marqué envers les maladies humaines et les manières alternatives de les soulager. Je suis fascinée par la psychosomatique, les forces de la Nature et les pouvoirs mystiques. Je m’intéresse aussi beaucoup aux plantes médicinales et aux pouvoirs reliés aux personnalités des plantes.

Ma sorcellerie s’exprime à travers ma manière de percevoir les dynamiques reliant la Nature, l’esprit et la matière. Cela se concrétise à travers le rapport que j’ai avec mon corps entre autre, avec les plantes et à travers la façon dont j’aborde et que je partage ma vision de l’herboristerie et de la santé.

Finalement, ma sorcellerie s’exprime à travers mon analyse particulière du monde actuelle et ma tendance à croire que nous pensons souvent comprendre ce qui se passe alors que nous ne savons finalement pas grand-chose à ces millions de monde qui s’entremêlent afin de former le nôtre.

QUELS SONT LES RITUELS QUI FONT PARTIS DE TA PRATIQUE ?

Je parle à la Lune.

Je souligne les changements de saison avec certaines intentions.

Lors des décisions importantes à prendre, je consulte des oracles ou je me fais des sessions de tarot.

Quand je construis mes jardins où que je commence ma saison de jardinage, il y a une série de rituels que j’effectue qui comprennent le fait d’enterrer certains objets d’une certaine manière. Je ne me sens pas particulièrement à l’aise d’expliciter le mode d’emploi de ces rituels.

J’ai toutefois remarqué que les actions qui ont le plus d’impact sur mon quotidien sont ceux qui se créent naturellement dans la matière, qui font partie du quotidien. Le fait de devoir allumer mon feu de bois chaque matin dès l’arrivée de l’automne. Le fait de marcher au même endroit dans la forêt. Le fait de souper avec ma sœur et ma mère. L’habitude de boire un verre de whisky avec mon propriétaire le soir après une journée de travail. En gros, le fait de répéter des gestes basés sur le plaisir sont les trucs qui viennent selon moi modifier notre fréquence de manière vraiment efficiente. Probablement plus que de polir un cristal de quartz rose déterrée par des mineurs exploités. J’espère que le retour de l’archétype de la sorcière ne fera pas oublier aux gens (moi la première) que les gestes du quotidien viennent déjà influencer notre énergie de manière notoire. Qu’on peut se perdre dans les recettes de rituels et qu’il est vraiment bizarre de voir des gens se fendre en quatre pour s’ouvrir le chakra du cœur sans être capable d’ouvrir la porte à la personne qui les suit dans la file d’attente. À noter que le possible jugement ici est vraiment sans malice vu que je peux être moi-même affliger de comportements anti-sociaux.

SELON TOI, À QUOI CONTRIBUENT LES SORCIÈRES MODERNES ? COMMENT INFLUENCE T’ELLES LE COLLECTIF ?

Je pense qu’il y a beaucoup de femmes qui vivent très différemment leur identité de sorcière moderne. Elles contribuent donc de manière diversifiée à ce mouvement.

Certaines sont selon moi un rappel notoire de la présence de modes de vie alternatifs portés par des femmes. En apportant une vision raw et sauvage de l’existence, elles contribuent, en étant fières de leur identité, à prôner les valeurs de la liberté de pensée et du vivre en marge.

D’autres popularisent ou démocratisent des pratiques spirituelles auparavant vues comme occultes ou obscures.

D’autres remettent de l’avant les pouvoirs des éléments de la Terre et de notre besoin fondamental d’être en lien avec ceux-ci. Les herboristes entreraient selon moi dans cette noble catégorie.

Elles influencent donc le collectif de manière multiple.

SELON TOI Y A-T-IL UN LIEN ENTRE SORCIÈRE ET FÉMINISTE ?

Selon moi, c’est à chaque sorcière ou à chaque regroupement de witch de décider du lien qu’elles veulent créer avec le terme féministe.

TE CONSIDÈRES-TU COMME UNE MILITANTE ? AS-TU LA VOLONTÉ DE T’ÉMANCIPER EN SORTANT DES CONSTRUIT ET DES NORMES ÉTABLIES ? SI OUI, DE QUELLES MANIÈRES ?

Je me suis déjà considérée comme une militante, à une période ou mes gestes avaient, je pense, peu de répercussions notables sur mon environnement. Depuis que j’oublie de me définir officiellement comme telle, je suis bizarrement plus naturellement en action dans des projets qui je l’espère modifie mon environnement et ma communauté de manière positive.

Je n’ai pas l’impression d’être dans une démarche d’émancipation. J’ai plutôt l’impression de faire le chemin inverse, de revenir à qui j’étais avant même d’avoir conscience du mot émancipation. Au lieu de sortir vers je ne sais quelle autre identité qui ne sert finalement personne.

Actuellement, je me dis même que ce ne serait pas pire d’accepter certains construits qui m’ont savamment construit (lol - lol) et j’accepte un peu plus, à mon grand désarroi, que j’ai besoin de certaines normes déjà établies pour me structurer. Et cela me solidifie beaucoup plus que la posture de la montagne. Les normes établies n’ont finalement pas à me faire peur ; je n’ai pas à m’enfuir de ces dernières. Elles font partie de nos vies car elles font parti de nous et nous les reconstruisons de toute manière différemment constamment.

POUR TOI QUE SIGNIFIE LA MAGIE EN 2020 ?


Il y a une magie qui est, selon moi, intemporelle. Celle concernant le fait que la Vie est toujours là pour t’aider à vivre tes envies. Si on arrive à être plus intègre avec ce que nous voulons, sans jugement, on laisse peut-être plus de place afin que cette magie opère. Il y a donc peut-être finalement pas grand-chose à faire excepter essayer de s’accepter avec nos paradoxes et d’être honnête concernant nos propres bibittes afin d’obtenir ce que notre corazon désire.

Personnellement, une autre magie que je trouve inspirante est celle reliée au simple quotidien. Je me rends compte que les personnes qui agissent de manière réellement magique ne sont pas seulement celles qui posent avec leurs accessoires ésotériques et leurs déclarations magistrales sur le passé ou le futur. Ce sont les professeurs, les agriculteurs, les mamans à la maison, les infirmières, les barmans, les garagistes qui MODIFIENT CONCRÈTEMENT LA MATIÈRE et la vie des gens par leurs actions et ce TOUS LES JOURS.

Je comprends (j’en fais activement partie) l’intérêt envers la vague actuelle d’ésotérisme. J’aurais toutefois envie que les gens n’oublient pas de louanger les éducatrices en garderie et les fermières dans leur démarche de dévotion spirituelle. La vague de démocratisation ésotérique mets de l’avant de belles valeurs telle que l’entraide, l’amour et l’ouverture aux différences. Il est selon moi important de reconnaître que plusieurs acteurs dans nos communautés y travaillent déjà depuis longtemps et que ces derniers sont parfois malheureusement peu reconnus. Entre la personne qui souligne constamment le manque actuel d’amour et d’unité sur la place publique et celle qui, tous les jours, met son cadran afin d’effectuer son travail qui consiste à créer la différence, l’écart fait parfois assez mal.

Je comprends l’envie de se tourner vers les forces invisibles, mais si tu as besoin de conseil, tu peux aussi demander à ta grand-mère, avec qui tu partages le même sang, la même magie de femme. Ou à la caissière du dépanneur, sérieux, dans les petits pots les meilleurs onguents.

La magie en 2020, c’est entre autre la reconnaissance de ce qui est déjà magique, naturellement.

En nous et autours de nous.

 Proudly created by me !